Tous les secrets de la bière !

Publié le

Tous les secrets de la bière !

Dans l’article d’aujourd’hui, vous allez découvrir quels sont les secrets de la bière et plus particulièrement le lexique concernant le monde de la bière. Connaissez-vous tout de leur couleur, brassage ou fermentation, etc ? Si ce n’est pas le cas, nous allons tout vous raconter dans cet article.

Le maltage

L’orge doit être maltée afin d’être utilisée dans la bière. Pour cela, il faut procéder à l’étape de la dormance où l’orge est conservée en vue d’une maturation rendant ainsi le grain plus réactif lors du trempage. L’orge humidifiée se sature en eau, puis durant à 6 jours, le grain se transforme en germe, faisant naître des enzymes. La germination sera stoppée par séchage puis le malt sera grillé. C’est le touraillage qui donne la couleur plus ou moins soutenue à la bière.

Le brassage

 Cette étape vient après le maltage. Le malt est tout d’abord broyé puis mélangé à de l’eau pour obtenir par la suite un brassin. Le mélange obtenu est chauffé et les molécules d’amidons présentes dans les grains sont transformées en sucre grâce aux enzymes. Enfin, est rajouté le houblon, plante aromatique et amère apportant ainsi le caractère à la bière. Filtré, le jus obtenu s’appel le moût.

La couleur de la bière

Cette dernière est apportée par le malt (orge germée, séchée puis grillée) et n’a cependant aucun effet sur le degré d’alcool ou de l’amertume. La bière blonde est légère et désaltérante, elle est considérée comme la bière de soif par excellence. Plus riches et plus intenses, vous trouverez les brunes, ambrées et les blanches, légèrement troubles et acidulées.

Les types de fermentation

Cette étape suit après le brassage. Lorsque le moût est refroidi, les levures sont alors ajoutées pour transformer le sucre en alcool. Lors de cette étape, le gaz carbonique va progressivement gazéifier la bière. Nous disposons de 3 types de fermentation : la fermentation basse, la fermentation haute et la fermentation spontanée.

La fermentation basse se fait entre 8 et 10 degrés, les bières obtenues sont légères, fleuries, finement amères et peu alcoolisées. Exemple des bières à fermentation basse : les pils ou pilsner, ce nom vient de la ville Tchèque « Pilsen ». Les bières à fermentation basse sont les plus consommées dans le monde.

La fermentation haute se fait entre 15 et 20 degrés, on obtient des bières riches et fortes en alcool. Exemples des bières obtenues à partir d’une fermentation haute : l’India Pale Ale, les Stouts et les bières blanches non filtrées.

La fermentation spontanée s’obtient à partir du moût de bière laissé à l’air libre et ensemencé de manière naturelle. Parmi les bières à fermentation spontanée, on trouvera les bières suivantes : la Gueuze, la Kriek ou encore la Faro.

L’étape de Garde

C’est la dernière étape. La bière est conservée au froid dans des cuves pendant plusieurs semaines où une seconde fermentation a lieu, qui continue à produire du gaz. Cette dernière étape permet à la bière de se raffiner et d’acquérir une complexité aromatique. Elle sera ensuite filtrée et prête à être conditionnée. 

Commenter cet article